Diana, ça suffit

Publié le par Pierre H

Je ne sais pas si ça vous le fait, mais moi oui : j'en ai marre qu'on parle tout le temps de Diana. En ce moment il n'y en a que pour elle. Honnêtement, si j'avais été une ravissante jeune fille de l'aristocratie britannique et que j'eusse épousé un Jumbo frigide et janséniste me trompant avec un trente-huit tonnes, j'en aurais fait autant. Je le dis sans ambages : être Diana est à la portée de tout le monde. Inratable, un peu comme cette recette tellement basique de contrefilets de caille demi-deuil en suprême de truffe et foie gras dans leur sarcophage de pâte feuilletée sauce Vatel (le tout est d'avoir les ingrédients). Bref, marre de Diana.

Car les éloges de Diana se doublent d'un oubli relatif, insidieusement méprisant, de ma copine Elisabeth II. Vous n'ignorez pas que nous sommes très proches (voir ici et ). On ne le dit pas assez mais Elisabeth II adorait Diana. Elle lui faisait plein de blagues comme disposer des peaux de banane dans ses escaliers ou verser de l'arsenic dans son thé (mais pas beaucoup, juste assez pour qu'elle ait un petit malaise rigolo).

Son mari, le duc d'Edimbourg est injustement traité, lui aussi. Il ne faisait rien qu'à s'occuper de près de ses valets de pied pendant toutes ces histoires; on aurait tort de lui en vouloir au sujet des déboires de Diana.

On ne parle plus du tout de Mme Thatcher, aimable philanthrope sous le règne de laquelle les épousailles avaient eu lieu.

Fait-on davantage cas de l'archevêque de Canterbury, un hilarant spécialiste de la trinité chez les Pères de l'Eglise, qui maria Charles et Diana ?

J'espère que vous partagez ma révolte, et je crois qu'il n'est pas exagéré de citer Ségolène Royal pour dire qu'il y a des colères saines, des colères justes.

A part ça j'ai passé un très bon week-end et je suis allé visiter le parc de Courances. C'est vraiment extraordinaire, en particulier le jardin anglais-japonais et le jardin d'eau. J'en étais tout apaisé et heureux, et pendant quelques heures je n'ai plus pensé du tout à l'archevêque de Canterbury.



Publié dans Bonnes manières

Commenter cet article

Co 21/04/2009 19:25

Voila de l'humour au masculin comme on n'en fait plus! un bonheur a lire, comme on le dirait a New York ,d'ou j'ecris: "you made my day!"

myrtille 05/09/2007 11:19

Super.Mais sans foie, pour moi.

*** AndromÚde *** 03/09/2007 18:00

Merci pour ton passage sur mon blog. Je découvre le tien avec plaisir, et ... je repasserai :)

pierre 03/09/2007 13:14

Quand tu veux ! Ca fait longtemps qu\\\'on s\\\'est pas vus, tiens, d'ailleurs !

Anagrys 03/09/2007 09:06

Quand tu veux tu nous fais un contrefilets de caille demi-deuil en suprême de truffe et foie gras dans leur sarcophage de pâte feuilletée sauce Vatel :-)