Et la clef d'ut ?

Publié le par pierre

Voilà un poème que l'on peut trouver dans Les Poètes du Chat Noir, un recueil indispensable publié chez Poésie Gallimard.

Le professeur de musique

Ecoutez, et sachez comment,
L'an passé, j'appris la musique ;
C'est aussi drôle qu'un roman,
Plus simple qu'un tour de physique.
Notez bien que mon professeur
Etait d'abord un tout jeune homme
A la voix pleine de douceur...
Peut-être même un prix de Rome.

Dès le premier jour il me dit :
"Savez vous bien votre solfège ?"
- "Pas trop." Alors il répondit :
"Nous l'apprendrons, prenez un siège."
Et m'asseyant sur ses genoux
Sans que j'y fisse résistance :
"La musique doit entre nous,
Dit-il, supprimer la distance !"

J'obéis, n'y comprenant rien,
Songeant : "C'est peut-être la mode."
Lui me dit : "C'est pour votre bien
Que j'adopte cette méthode.
Prenons d'abord la clef de sol
Puisque vous n'êtes pas très forte,
Et sans dièze, ni bémol,
Nous ouvrirons la bonne porte !"

"Comment, fis-je, et la clef de fa,
L'apprendrons-nous bientôt ?" - "Gourmande.
Un peu plus tard sur le sopha,
Répondit-il à ma demande.
Pourquoi vouloir sauter d'un coup
Par-dessus les préliminaires ?
Cette ardeur nous promet beaucoup
De choses extraordinaires !"

Et sur la clef de sol d'abord
Quelques instants nous appuyâmes,
Exécutant avec transports
Une multitude de gammes ;
Tous les tons et les demi-tons,
Même les gammes chromatiques,
Dans le fourmillement des sons,
Dansaient des rondes fantastiques.

Bref, j'appris, et comme en rêvant,
Grâce à la nouvelle méthode,
Des morceaux longs et d'un savant...
Croyez-moi, l'autre est moins commode,
Car dans une heure j'avais fait,
C'est très fort, mais c'est véridique,
Plus de six fois l'accord parfait...
Depuis, j'adore la musique !

Gabriel Montoya, Chansons naïves et perverses, 1896

Publié dans Bonnes manières

Commenter cet article

Missgaspa 16/11/2006 12:50

Aah la tyrannie est aisée, lorsqu'on est professeur; c'est de l'abus de pouvoir moi je dis! N'empêche, ça donne envie de reprendre des cours (ou de devenir prof!)a+ MissG

Arsene 14/11/2006 18:53

C'est le même siècle moral et puritain qui produisait de charmantes réclames pour les maisons de champagne où l'on voyait des élégantes secouer avec vigueur des bouteilles de champagne d'où sortaient des flots de mousse blanche et nacrée.....

pierre 15/11/2006 00:23

Tout ça n'est guère moral ni puritain, car il ne faut pas laisser se répandre inutilement le champagne.

mÚre edith 13/11/2006 23:08

Pierre, tu es si jeune. Tu es trop naïf. Comment iraient-il faire du piano sur un sofa ? Quand tu seras plus grand, on t'expliquera :-)

pierre 13/11/2006 21:36

Tous : je trouve que vos commentaires manquent singulièrement de tenue. Je ne vois pas ce que vous trouvez d'égrillard à ce poème qui ne parle que de piano, ce charmant divertissement de la plus respectable bourgeoisie du plus moral des siècles.

Max 13/11/2006 21:25

La bonne musique c'est une question de beat.