Un peu de théâtre...

Publié le par pierre

La scène est à Macumba Beach Clud Resort, devant le palais de Brandon et Samantha.

Personnages :

Zita : langouste
La nourrice : nourrice(1)
Samantha : princesse
Brandon : époux(2) de Samantha

 

 

Acte I, scène 1

La Nourrice
Pourquoi-z-avoir quitté nos demeures liquides ?

Zita
Pour aller liquider ces deux langousticides
Qui, lâches et ingrats, d'un geste fallacieux,
Me laissèrent pour morte et implorant les Cieux !

La Nourrice
Ah, Madame, combien ces cruelles alarmes
Epouvantent mon coeur et suscitent de larmes !

Acte I, scène 2

Zita
Mais j'aperçois là-bas Samantha qui paraît,
Suivie de son époux aux marches du palais.

Samantha
Zita ! Je savais bien que l'heure serait prompte
Où de mon vil forfait je devrais rendre compte,
Expiant justement d'un trépas mérité
Un crime par ma main lâchement perpétré.

Brandon
Ne craignez rien, ma mie, car cette mitraillette
Va de ce crustacé faire un amas de miettes !

Zita
Pas un geste, Brandon ! Cette Kalachnikof
Ferait bientôt de toi un très joli kouglof.

Samantha
Oh, oui Zita ! J'adore avaler d'un seul coup
Ces gâteaux alsaciens fleurant le beurre doux...

Zita
Mais non, c'est une image, évaporée dindonne.
Vous seriez bien marrie si de votre Brandon
Je faisais en deux temps et en trois mouvements
Un tas tout juste bon à donner aux caïmans !

(à suivre)

(1) Il y a toujours des nourrices dans les tragédies classiques (cf Phèdre) donc Zita en a une, qu'elle paye d'ailleurs avec des chèques emploi-service.
(2) Dans une précédente version, j'avais mis "amant" de Samantha ; au XVIIe ça veut dire "qui aime et est aimé de", sans autre connotation particulière.

Commenter cet article

roxane 22/09/2006 12:35

Pfff, on s'en lasse pas ! La suite !!!!

Cerise 20/09/2006 18:59

moi, c'est évaporée dindonne" rimant avec "Brandon" qui m'a plu

Max 19/09/2006 19:22

Presque aussi palpitant que "Sous le soleil des viles nourrices" (Surtout l'épisode 528) ;-)

Tetaclacs 19/09/2006 15:09

Depuis le début, je suis les aventures de Zita avec tant de passion que je n'ai pu m'empêcher de pleurer à chaudes larmes alors que je la croyais perdue dans la vapeur du court-bouillon la semaine dernière.Je précise qu'étant née le jour de la sainte Zita, je me sens particulièrement concernée par les aventures du crustacé au caractère bien trempé (court-bouillon oblige !).Aujourd'hui, j'ai manqué défaillir devant la beauté de ce texte, et la richesses des rimes. Kalachnikof avec kouglof, fallait oser ! Tonton n'aura pas à rougir de toi !!

STV. 19/09/2006 10:21

Mais qu'allait donc faire Zita dans cette galère ?