Anywhere out of the 8e arrondissement

Publié le par Pierre H

Des faits, rien que des faits :

Une invitation dans un appartement du 8e arrondissement.

Un loft,  dont la pièce maîtresse est un salon de musique faisant deux fois la taille de mon appartement. Quatre mètres sous plafond, verrières. Forcément, trois pianos dont un 3/4 Fazzioli avec un son à se taper la tête par terre contre les murs, un autre piano à queue, marqueté et de 1835, etc...

Champagne, avocats, hommes et femmes d'affaires, cantatrices chics et liftées.

Quelques réflexions piochées au hasard des conversations.
- Moi, tout ce que je touche, je le transforme en or ! Je suis comme Moïse devant qui s'écartent les flots de la Mer Rouge.
- Ca ne vous dit pas de venir avec moi passer Noël dans un palace en Tunisie ?
- J'ai décidé de monter un festival de musique, peut-être à Carthage, je ne sais pas encore...

Impression diffuse de ne pas être à ma place.

Publié dans Les gens sont fous

Commenter cet article

STV. 14/11/2007 15:57

Moi pour le nouvel an grec j'organise un petit-déjeuner "raclette au roquefort" à Los Angeles dans un temple indoue, ça te tente ?

Martin-Lothar 13/11/2007 20:36

Dans ce genre d'endroit, il vaut mieux y aller piano avec sa queue, c'est sûr...

Arsene 13/11/2007 20:34

C'est étrange, j'ai l'impression d'avoir vécu cela il n'y a pas longtemps... Ha les nouveaux riches !

Oncle Ben 13/11/2007 10:13

Chébèque, c'est une chébèque, pas une galère.

Anagrys 13/11/2007 08:33

pour reprendre une question qui a été maintes fois posée depuis sa prime formulation, "Mais que diable est-il allé faire dans cette galère ?"