Conte d'automne (1)

Publié le par Pierre H

sahara.jpgIl était une fois un moine tibétain qui traversait le Sahara en plein mois de juillet. (Pourquoi ? Comment ? Dans les contes, c’est comme ça. Pourquoi Blanche-Neige est-elle captive d’un château régenté par une affreuse belle-mère au lieu de faire tranquillement son shopping rue Saint-Honoré ? On ne sait pas, c’est comme ça, et d’ailleurs c’est le problème de la vie en général. Cf Hamlet.)

Par pénitence, notre moine tibétain (qui au Tibet ne portait que des tongs et un slip très léger, même en hiver) était ici vêtu d’une combinaison de ski et chaussé de rangers lacées très serrées, sans compter un poncho qu’il avait lui-même tricoté et un ensemble de sous-vêtements Thermolactyl de la gamme Christmas in Groenland.

Et il avait soif.

Il se lamentait d’avoir soif, quoique sa religion lui enjoigne de se réjouir des épreuves dont la vie est parsemée.

Mais il avait vraiment très soif.

Très, très soif.

Or, alors même qu’il s’apprêtait à désespérer, il vit non pas une, mais deux oasis en même temps. Une un peu sur la gauche et une un peu sur la droite. Il poussa un cri de joie qui transcrit en français s’apparenterait à Yarglaaaaaaa, quoique Zorgluuuuub rende mieux compte de certaines inflexions de haut-sanscrit dont notre moine adornait son langage.

desert-oasis-water-pool-v.jpgL’oasis de gauche était luxuriante, débordait de palmiers et de fleurs exotiques aux couleurs chatoyantes. Le parfum de fruits mûrs à point flattait la narine tandis que l’eau coulant dans des fontaines mauresques berçait l’oreille de son charmant clapotis.

L’oasis de droite, en revanche, frappait par le bruit mélodieux de ses fontaines andalouses qui se mêlait aux fragrances de fruits prêts à être cueillis. Partout on voyait des massifs de fleurs chamarrées se développant à l’ombre d’une profusion de palmiers verdoyants.


Notre moine se retrouva dans une situation qui lui faisait horreur : il devait choisir
une des deux oasis pour se désaltérer.

Il tourna la tête de droite et de gauche, puis de gauche à droite et de gauche à droite.


Las, il n’y avait pas l’échappatoire Bayrou qui lui avait permis de ne vexer personne à la dernière élection présidentielle, avec le brillant résultat qu’on sait.


Le moine sortit alors de son sac à dos les 35 volumes de l’Encyclopedia Britannica sans laquelle il ne ses déplaçait jamais et se mit à compulser les articles oasis, fleur, moine tibétain, choix, faim, soif, soleil, Bayrou, sanscrit, fontaines mauresques, Zorgluuuub, etc. en espérant trouver une réponse à son problème.


Il chercha bien longtemps.

(à suivre... je ne sais pas encore quand comment ça finira.)

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article

STV. 27/09/2007 17:16

Personnellement je préfère l'Oasis orange (celui au goût "cocktail tropical" a vraiment un goût horrible).

pierre 25/09/2007 10:58

Overblog merde complètement en ce moment. Je ne peux plus ajouter d'articles ; les commentaires arrivent dans le désordre, etc etc. C'est gratuit mais vraiment de la daube. Si vous créez un blog évitez cette plateforme.

marie pierre 25/09/2007 09:08

flux de commentaires...dans le désordre. Mon commentaire 2 faisait suite à mon commentaire 1, bien sûr...En ne commentant que mes commentaires suis sûre de ne pas me tromper ( après l'échec cuisant de la contrepèterie, je m'avance à couvert ! )

marie pierre 25/09/2007 08:18

...sauf si Buridan s'esr trompé, bien sûr.

arsene 24/09/2007 23:11

Le salut viendra de la troisième voie, aurait pu dire un certain Tony B.